Partagez | 
 

 the midnight train ◊ (eretria)

Aller en bas 
AuteurMessage
REDCAP ◊ fire and blood
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 165
♦ ALLEGEANCE : loyauté avant tout envers son propre sang, loyauté sans bornes envers la matriarche. loyauté également envers les descendants, groupuscule dont il est membre actif.
♦ POINTS : 85


MessageSujet: the midnight train ◊ (eretria)   Dim 5 Aoû - 10:30



THE MIDNIGHT TRAIN
eretria & athos
La nuit est déjà tombée sur Meánach. Soleil qui a disparu derrière les remparts de la ville, étoiles qui parsèment la voûte céleste. Et il déambule à travers les rues de la cité, Athos, illuminées par les lueurs de l’astre de la nuit. Petit enfant perdu dans le dédale des rues, petit enfant incertain de vouloir rentrer chez lui. Parce qu'il n'est pas prêt à affronter Agathe et ses reproches. Pas ce soir. Homme épuisé après une longue journée de travail. Un nouveau corps froids sous ses doigts ; un rapport à rendre à la milice au plus vite pour qu'ils puissent trouver le coupable de ce terrible meurtre. Mais le meurtrier, il le connait Athos. Il l'a su dès l'ouverture du sac mortuaire. Des traits familiers, qu'il avait l'impression d'avoir déjà vu. Et l'autopsie n'a laissé aucun doute. Le coupable, c'est toi. Le démon qui prend possession de ses sens, qui le pousse à faire couler le sang de sa victime, à commettre l'irréparable. Et dans l'ombre, deux prunelles qui l'observent. Alors il a fuit sans demander son reste, Athos. Négligeant le nettoyage de la scène de crime avant son départ. Stupide erreur. Un corps et un témoin. Voilà qui n'annonce rien de bon.

Il aperçoit une silhouette, un peu plus loin. Les rues sont désertes à cette heure tardive, ils ne sont que deux. Et lorsqu'il s'approche, il remarque des éclaboussures de sang sur sa peau, sur ses vêtements. Et un visage qui lui est familier. « ...Alanna ? » qu’il appelle. Mais bien rapidement, il se ravise. Ses sourcils se fronce alors qu’il dévisage celle qui se tient devant lui. Il aurait pu s’agit d’Alanna, d’un usage de ses pouvoirs de Redcap qui aurait mal tourné. Mais elle arbore une aura différente, qui ne lui est pas familière. Eretria. La jumelle, l’autre Shynnagh. Celle que l’on a envoyé en pâture à la vermine, celle que la Cérémonie a séparé de sa familles. Rictus mauvais qui s’installe sur ses lèvres. « Et bien, je vois que la nuit a été longue. » Il croise les bras alors que ses yeux détailles de plus près le spectacle qui s’offre à lui. Jeune femme ornée de sang, œuvre d’art sous ses pupilles dérangées. Et dans ses veines, le palpitant se réveille.



Monsters are real. They live inside us and sometimes, they win. ◊ maybe our relationship isn't as crazy as it seems, maybe that's what happens when a tornado meets a vulcano ; all i know is i love you too much to walk away now.
SLUAGH ◊ a whisper in the wind
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 184
♦ ALLEGEANCE : A ceux qui étaient les siens avant sa déchéance : les Shynnagh, sa famille, ses bourreaux, ses maîtres. A Alanna, surtout, sa moitié lumineuse. Elle se fiche de la politique, ne pense qu'à sa famille et aux Trois qu'elle vénère aveuglément.
♦ POINTS : 126


MessageSujet: Re: the midnight train ◊ (eretria)   Dim 5 Aoû - 14:22

La nuit, tous les chats sont noirs. La nuit, tous les hommes ont l'air d'être pareils. Même si c'est un mensonge, même si un sale Unseelie reste un sale Unseelie.
La nuit, les rues sont à elle. La nuit, l'obscurité est son alliée, sa hantise, son âme-sœur-némésis. La nuit, Eretria devrait être postée dans le faste de l'opiumerie, à jouer la gardienne de loi, alors qu'elle n'en est qu'une briseuse sans fin.
La nuit est éphémères et, puissent les Trois être loués, laisse toujours place au jour.

La nuit, les monstres sont de sortie. La nuit, les crimes sont incessants. Le sang coule, et éclabousse, la nuit. Invisible, ou presque.
La nuit apporte toujours sont lot de surprises et d'emmerdes.  Tout serait plus simple, si seulement elle pouvait dormir.

Eretria marche sans but, sans fin, dans les rues désertes. Elles ne le sont jamais vraiment, désertes, mais elles en ont l'air, pour les naïfs qui croient que le manteau de la nuit les protège des regards et de la violence.
Elle marche, se force à utiliser ses jambes pour sentir la brûlure familière des courbatures, des muscles qui se rebellent contre la tyrannie du corps poussé à ses limites. Il lui rappelle que l'agresseur qui à cru trouvé une victime facile regrettera d'avoir agi au matin, s'il se réveille. Ce fou, aux effluves d'alcool, qui voulait se perdre sous les jupe d'une donzelle, à goûté à la place l'impartialité de ses poings furieux.

Elle marche, Eretria, la tête levée vers les étoiles, tendue et sur ses gardes comme toujours, surtout dans ce quartier là. Elle voudrait hurler, Eretria, retourner sur ses pas et finir ce qu'elle a commencé. Visage en bouillie de la victime, sang giclant dans tous les sens. Les effluves métalliques lui collent à la peau, le sang est encore frais, canevas souillé qu'elle est. Ce n'était ni la première, ni la dernière nuit. Cet idiot avait ouvert le cadenas, laissé sortir le fauve avide de sang et de souffrance. Cette rage, qu'elle tenait d'une main de fer tremblante et couverte de sang. Les rennes glissaient bien trop aisément de sa poigne.
Elle inspire, tremblante, ou presque. Marcher, rentrer chez elle ou l'attendait l'eau glaciale qui faussement éteindrait les flammes et nettoierait le sang. Juste une illusion pour continuer comme si de rien n'était. Elle ne pouvait pas aller travailler dans cet état, barbare, sauvage, dérangée. Un seul mot de travers, et elle sauterait à la gorge de l'offensant. L'air frais de la nuit n'était pas suffisant pour que l'adrénaline soit déjà retombée.

Mais elle n'est pas seule, Eretria. Ses yeux retombent sur le terrestre, tombe sur la silhouette, qui devient corps, qui devient chair, qui devient... « ...Alanna ? » Sa respiration se coupe, ses poings se serrent comme trop souvent, Eretria relâche son souffle seulement une fois qu'elle à étouffé l'explosion de pensées et d'émotions, une fois qu'elle s'assure que ce n'est pas un impur qui à prononcé le nom béni.
C'est pire.

« ...La nuit est encore jeune. » Elle ne faisait que commencer, la nuit. Menace et constatation à la fois, qu'on ne la cherche pas, elle avait encore tout le temps du monde. Eretria fini par s'arrêter, à une distance certaine, respectueuse, du Seelie, du gamin d'antan aux yeux trop bleus, trop grands, qui mangeaient son visage et aspiraient Eretria bien trop aisément. Athos, perdu une fois, puis perdu encore avant d'être retrouvé. Athos, qui lui parlait pour la première fois sans qu'elle ne porte un masque. Elle perd ses mots, Eretria, hésite, son instinct serait de sourire, mais elle n'est pas Alanna, pas à ce moment là, elle ne sait pas comment se comporter quoi dire, quoi faire, qui être. Il l'a prise de cours, Athos.

Les prunelles encore avides de violence se détournent du bleu, indignes de s'y perdre trop longtemps. Elle passe une main sur sa bouche, comme pour effacer les traces de ses crimes, n'obtient que d'étaler un peu plus le sang. Elle s'humecte les lèvres, y goutte, dégueulasse et délicieux à la fois, le sang de sa victime, de sa victoire. « T'es pas mort, alors. » Pas encore. Elle n'était pas censée savoir ce qu'il était devenu, Athos, arrachée trop tôt à la Cour de Lumière, jamais mise à jour sur les Leonhart,  ces "traîtres". Elle ne peut pas dire qu'il lui a manqué, Athos, ses yeux et son sourire, elle les a revus suffisamment au cours des années, des mois surtout. Elle sait sa perversion, elle sait ses pêchés, elle sait qu'il n'est pas à elle de juger.

Eretria est mal, détestant déjà cette maudite nuit, priant pour que la pluie vienne laver son visage et l'apparition du Seelie.

Spoiler:
 


❝ wild beasts wearing human skins❞ "Et je te montrerais quelque chose de différent encore
de ton ombre au matin marchant derrière toi,
de ton ombre au soir se levant à ta rencontre ;
Je te montrerai la peur dans une poignée de poussière."
 
the midnight train ◊ (eretria)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Midnight Sun
» train
» [SOFT] TER GPS TRAFIC : Informations en temps réel sur votre train [Gratuit]
» Petit train et chef de gare...
» E-REVO VXL/ Controler la glisse du train AR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Savage Song :: 
MEÁNACH
 :: Quartier Est
-
Sauter vers: