Partagez | 
 

 VILHELM | Rejet.

Aller en bas 
AuteurMessage
CHANGELING ◊ behind the mask
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 40
♦ ALLEGEANCE : Fidèle aux EILENACH prétend-elle tout en espionnant pour les DESCENDANTS.
♦ POINTS : 83


MessageSujet: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 15:06

Thaddeus est malade. C’est l’excuse officielle, et bien pratique, que Janka et Callie ont décidé d’utiliser. Souffrant, malade, alité, il ne peut plus sortir de chez lui et il préfère qu’on le laisse se reposer. Cela ira bientôt mieux, il en est certain.
Janka est en vacances. Les papiers de divorce signé, la perte de son enfant encaissée, elle a pu prétendre assez simplement à un besoin de tranquillité. De repos. De solitude. De rencontre de nouveaux jeunes hommes, aussi, propose son père, malheureusement sans malice.
Au moins une semaine, pour respirer, pour comprendre ce qu’il se passe, pour que tout le monde, lui, foute, la paix. Essayer de savoir ce qu’elle est en train de fabriquer avec Callie. Qui est Calista. Ce qu’elle lui veut et comment elle va s’en tirer avec ce qu’elle veut. Hors de question de se faire bouffer. Par qui que ce soit. Valterszen avant tout.

Quelqu’un, à la porte.

Le son résonne dans l’ensemble de la maison comme un glas. Pas d’enfant dans la maison, nul employé, juste Janka qui ne s’est pas encore débarrassée des vêtements de Thaddeus. Épuisée. Et elle n’a, clairement, pas envie de parler à qui que ce soit. L’importun qui ne prévient pas restera dehors.

Quelqu’un, à la porte, qui insiste.

Pas possible, ça. Par prudence, Janka reprend la forme de l’homme qu’elle a tué il y a peu, avec une grimace. Puis un regard, à la fenêtre, pour voir à travers les rideaux qui vient l’importer de la sorte.
Merde.
M. Martyn. Le salaud, l’enfoiré, le connard qui a ruiné la vie de- Une profonde inspiration, pour chasser de ses pensées l’image de son ex-mari. Merde. Elle hait cet homme. Elle le hait, plus encore que la haine évidente que l’on ressent naturellement face au banquier. Et pourtant, cet homme, aujourd’hui, est son père. Avec effort, un effort presque douloureux, elle reprend complètement le corps de Thaddeus. Blanchit son teint, attrape sa robe de chambre, ses chaussons, un air contrit. Malade. Mal à l’aise. Ce dernier point n’est pas trop dur à simuler. Puis il faut descendre les escaliers, grimacer encore en l’entendant insister, encore, arriver jusqu’à la porte, prendre une longue inspiration. Forcer un sourire.
Père,” s’exclame une voix un peu surprise et comme sortant à peine du sommeil. Des yeux sombres battent des cils comme pour affronter la lumière de l’extérieur. “Que faites-vous ici ?” Et l’incrédulité, non plus, n’est pas bien complexe à simuler.


I am who you want me to be
REDCAP ◊ fire and blood
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 30
♦ POINTS : 61


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 15:07

Ce jour là, au travail, tout le monde avait été d’accord pour dire que le patron était infect. Ou plus infect qu’à l’ordinaire. Un gentil secrétaire souffla même à une cliente un peu émotive qu’elle devrait demander un report de rendez-vous. Oui madame, non madame, ce n’est certainement pas le bon jour pour une demande de prêt. Monsieur est contrarié. Sans doute à cause de sa femme, murmuraient les nouveaux, alors que les anciens levaient les yeux au ciel. S’il avait besoin de son épouse pour être désagréable, ça se saurait. Bref. Ce jour là, les commerçants d’anxiolitiques durent faire leur beurre.
Et pendant que ça cherchait des explications, que ça colportaient des bruits dans les couloirs, Martyn lui, gardait les dents serrées dans son bureau et tentait de se défaire de son mal de crâne qui persistait, malgré les cachets du médecin. (« Pas plus de trois par jour ! ») Il en était à cinq. Il ne savait pas si la douleur était légitime ou bien une simple manifestation de l’angoisse de savoir son fils malade. Au début, il n’avait fait qu’hausser les épaules. Un rhume, ça arrive. Quand on lui précise qu’il ne sort pas de chez lui, le cerveau commence à tourner.

Il est idiot, d’avoir peur à ce point, mais visiblement il n’y avait pas de médicament pour ça. Il est idiot, d’abandonner en pleine journée son bureau, laisser des instructions à des sulbaternes babas devant la désertion patronale, simplement pour aller au chevet de son garçon. C’était une grippe, ça clouait bien au lit ces merdes là, et puis Thaddeus avait vu pire. Vilhelm se souvenait encore de l’otite carabinée qu’il avait faite juste avant le Cérémonie et qui l’avait fait chouiner deux nuits durant.
Il est idiot. Mais il le fait tout de même. Et personne ne le retient évidemment, l’étonnement passé tout le monde est bien trop heureux de le voir débarasser le plancher. Il payait bien, hein, M. Martyn. Mais franchement, c’était mieux de ne pas trop avoir à le croiser. (Les anciens disaient aux nouveaux de faire gaffe.) (C’est que parfois il s’acharnait sur certains employés.) (Ne pas trop l’approcher, vite baisser les yeux, ce genre de chose.) Alors, non, évidemment, personne ne le rattrape par la manche pour le supplier de ne pas laisser ses petits subalternes orphelins de sa bienveillante et paternelle présence.

Il finit devant la maison de son fils. Et de la princesse. Il espère ne pas l’y trouver. Il n’était pas d’humeur à sortir son talent d’hypocrite pour faire bonne figure devant le sang bleu de sa belle-fille. Et sa non-humeur se traduisit justement par des coups secs frappés contre la porte. Et comme on n’était pas assez prompt à lui ouvrir, il recommença. Trois coups, une pause, trois coups, une pause, trois c- La porte s’ouvre, finalement, sur le visage de son fils.
La sale impression qu’il a, en croisant son regard, il la met sur le compte de ces yeux un peu trop sombre. Sa gorge qui se serre brièvement, c’est certainement parce que, en effet, son fils a l’air malade. Et la question le fait hausser les sourcils : «Je viens te voir. » Puis, machinalement, fait un pas en avant, forçant son entrée dans la maison : «On m’a dit que tu étais malade. » Ses yeux gris détaillent son enfant de haut en bas. «Je voulais venir prendre des nouvelles. » Les mains se crispent l’une contre l’autre un moment, avant que les doigts ne montent jusqu’au visage du fils, viennent toucher sa joue, comme quand il était petit et que Vilhelm tentait de simplement mesurer la fièvre. «Tu as l’air souffrant en effet. » Le contact le fait, étrangement, légèrement frissonner.


uc
CHANGELING ◊ behind the mask
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 40
♦ ALLEGEANCE : Fidèle aux EILENACH prétend-elle tout en espionnant pour les DESCENDANTS.
♦ POINTS : 83


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 15:08

Janka n’a pas vu M. Martyn si souvent que cela. Au travail, parfois, en tant que collaborateurs mais les Ressources Humaines n’avaient que rarement à voir avec le financement de l’entreprise. Elle a cependant eu plusieurs fois cette chance, surtout après que le directeur ait retiré son mari de la gestion de leur dossier. Une des multiples choses qu’il a pu faire pour ruiner la carrière de son époux. Ça et les insultes. Le mépris. Les humiliations. Le harcèlement. Elle ne parvient pas de se souvenir d’un jour où elle a vu cette terrible face sans qu’une volonté de meurtre ne vienne lui nouer la gorge. Encore plus depuis qu’elle sait qu’il est le père de cet enfoiré de Thaddus.
Tel père, tel fils.
Elle parvient à sourire, alors que l’homme s’avance vers elle, en se disant qu’elle vient de tuer le fils de cet homme. Elle a au moins pu lui arracher cela, faute de ne pas lui avoir encore arraché la vie. Comme elle va aimer l’empoisonner avec le visage de son fils. Enfoiré. “Vous n’auriez pas dû vous déplacer pour cela, ce n’est rien,” déclare-t-elle sans mentir, en reculant cependant pour le laisser entrer. En faisant tous les efforts du monde pour ne pas reculer davantage quand elle voit la sale main monter vers le reflet de son fils. Elle retient un mouvement de recul, et la grimace qui l’accompagne. Supporte le contact de ses doigts. Voudrait les lui arracher de ses dents. A encore un sourire, un mouvement de tête désinvolte. “Ne vous approchez pas trop, vous risqueriez de l’attraper.” Et elle s’écarte un peu pour forcer une toux. “Mais ne restez pas dans le couloir, rentrez.” Toutes les excuses sont bonnes pour s’éloigner et rejoindre la pièce bien connue du salon, jusqu’à un fauteuil où Janka se laisse tomber sans avoir à simuler son épuisement. “Je ne sais quelles nouvelles vous donner, j’ai juste besoin de quelques jours de repos.” Elle essaye d’être rassurante. Tout en étant dévorée par l’envie de le torturer.


I am who you want me to be
REDCAP ◊ fire and blood
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 30
♦ POINTS : 61


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 15:09

Ce n’était que pure affabulation, de trouver sa peau un peu plus froide qu’à l’ordinaire, et ce n’était qu’un délire de penser que l’agitation dans ses yeux était singulièrement étrangère. Il avait déjà vu, des gens perdrent la tête et sombrer dans une paranoïa non mesurée, surtout avec l’âge. Il n’était pas dit qu’il y sombrerait à son tour. Il ne dit rien alors de cette décharge gênante qui lui traversa la paume lorsque ses doigts touchèrent sa joue. Il tut la désagréable sensation qui lui éléctrisa les veines. Pas question de laisser une occasion à quelqu’un de penser qu’il allait rejoindre les rangs de ces séniles qui imaginaient mille complot et se mettaient à halluciner des ennemis devant des visages pourtant familiers.
Mais le contact ne put être toutefois maintenu, et il le lâcha en même temps que son fils s’écartait, pour balayer d’un geste trop brusque la remarque de son enfant. « Ne dis pas de bêtises. Tu sais que je m’inquiète. » Ce qui n’était que pure formulation polie l’agaçait, comme s’il ne voyait qu’une remontrance derrière ce « vous n’auriez pas dû » ainsi que cet ordre de ne pas l’approcher. Il se plia, pourtant, à la demande et s’avança plus avant, pour le suivre dans le salon où il le regarda s’avachir presque dans un siège, ce qui le fit hausser les sourcils. « Me dire ce que tu as. Déjà. » Lui ne s’assit pas. Toujours debout, au milieu du salon, les sourcils froncés. « Ne me dis pas que ce n’est rien alors que tu restes cloîtré ici. Avec ta femme. Ce n’est pas ton genre. » Il avait plutôt l’impression que son fils était du genre à s’éloigner, comme il pouvait. Et il détestait qu’on lui mente sous prétexte de le ménager.


uc
CHANGELING ◊ behind the mask
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 40
♦ ALLEGEANCE : Fidèle aux EILENACH prétend-elle tout en espionnant pour les DESCENDANTS.
♦ POINTS : 83


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 15:28

Et pourtant, Janka a déjà vu Thaddeus avec son père. Discrètement, de loin, sous la forme d'un quelconque moineau venu picorer à la fenêtre, elle les a vu interagir. Elle ne s'habitue cependant jamais à la familiarité qu'il peut y avoir entre un père et son enfant. Rien que le fait d'être tutoyée la perturbe, bien qu'elle se souvienne distinctement que le maintenant décédé vouvoyait son père.
C'est que l'autre a presque l'air sincère, quand il lui dit s'inquiéter. Cela la perturbe. Mais elle suit le mouvement. Le regarde ne pas prendre place, l'en juge, sans bouger, trop accrochée à son rôle de fils alité. "Le médecin a parlé de stress," commence-t-elle à mentir avec un air bougon qu'elle sait que Thaddeus a subtilisé à son père. "De surmenage, ce genre de conneries. Bref, que je ne dormais pas assez, que ça m'a fragilisé et que la grippe me prend un peu trop durement." Elle sent le regard posé sur elle et, à la manière de son reflet, cherche à se redresser un peu pour ne pas énerver le père toujours bougon. "Ne vous en faites pas, ma femme est absente." Elle ne le regarde pas, en le soulageant de ce poids, irrité d'avance de ce qu'il pourrait oser dire. Les prochaines paroles lui font mal aux lèvres, et elle parvient cependant à y glisser une certaine amertume : "Elle évite soigneusement la maison depuis que je m'y enferme."


I am who you want me to be
REDCAP ◊ fire and blood
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 30
♦ POINTS : 61


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 15:56

Le surmenage n'était qu'une sorte de légende, quelque chose qui n'existait que dans le monde des employés, qui se servaient de ce mythe pour s'arroger des jours de congés. Se dépasser était pourtant bien le propre du travail, alors, évidemment, les paroles de son fils lui arrachèrent un rictus, après sa moue dubitative. « On les paye beaucoup pour pas grand chose ces charlatans. » Mais il fallait bien dire qu'il avait l'air fatigué, son Thaddeus. Et de l'entendre avouer un manque de sommeil le renvoyait bien trop à ses propres insomnies : « Tu devrais tout de même faire attention. Tu m'avais promis. » Promis de prendre soin de lui, pour rassurer un père qui avait les mains un peu tremblantes quand il le prenait aux épaules, il y avait quelques jours, (peut-être quelques semaines ?)
Et alors qu’il s’inquiétait, toujours debout, il le regardait se redresser un peu sur son fauteuil, alors qu’il se renfermait presque en évoquant son épouse. Et il ne pouvait ignorer le ton, au fond de sa voix. Sans que l’esprit un peu trop matérialiste et peu empathique de Vilhelm puisse parfaitement saisir les nuances des sentiments qui l’agitait : « Ça n’a pas l’air de tant te réjouir. » Il lança un regard à la pièce, comme s’il était prêt à y découvrir les traces d’une autre présence féminine. Sans rien y voir d’autre que les accessoires habituels d’une vie de famille banale. « Je t’avais prévenu que cette femme n’était pas un choix adéquat. » Impossible de ne pas entendre le ton avec lequel Martyn parlait de sa belle-fille. Quand la Couronne n’était pas dans le périmètre, il était rarement tendre et avait un étrange mépris pour ceux qui étaient nés dans la richesse, sans jamais que cela ne pousse à se remettre en cause. « Je n’aime pas te savoir dans une maison quasi-vide si tu es souffrant. » Lui-même ne savait pas précisément ce qu’il voulait, quand il regardait son fils, devant lui. Peut-être le retrouver pleinement, le ramener vraiment à la maison. Pouvoir retrouver la jeunesse qui allait de pair avec la première paternité.


uc
CHANGELING ◊ behind the mask
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 40
♦ ALLEGEANCE : Fidèle aux EILENACH prétend-elle tout en espionnant pour les DESCENDANTS.
♦ POINTS : 83


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 16:18

Le père Martyn devrait pourtant savoir qu'une promesse, dans la bouche de son fils, ne vaut pas grand chose. Tout comme les voeux de mariage. Tous des enfoirés, dans cette famille, se répète Jan intérieurement pendant qu'elle perçoit un peu trop bien l'inquiétude dans la voix du grand banquier. Pas normal. Cet homme, ce bloc de glace, a été un monstre avec son mari et maintenant, aujourd'hui, il essaye de faire croire à un cœur derrière tout ça ? L'enfoiré. Il brise des vies et croit pouvoir garder son fils ? La jalousie troue le ventre de Janka tout en se félicitant d'avoir tué ce fils qu'il croit encore en vie.
C'est qu'elle voudrait presque qu'il trouve le corps.
Je fais attention,” se force-t-elle cependant à répondre, en étouffant une toux. “Vous voulez peut-être quelque chose à boire d'ailleurs ? Vous asseoir ? Je suis désolé, j'ai la tête...” Thaddeus fait un mouvement vague de la main. On peut voir qu'il retient une grimace. Qui est peut-être celle de Janka en l'entendant médire ainsi de la couronne. L'audace. Ce chien d'Unseelie.
Elle va lui dire, avant de le tuer. Elle va lui dire qu'elle a tué son fils. Elle va lui décrire ce qu'elle a fait du corps. Elle va lui faire payer.
Thaddeus soupire profondément en l'entendant parler et essaye de feindre sa désapprobation toujours faible. “Voyons, Père, elle n'est pas si terrible.” Puis rumine un peu. “Et elle est... étrange, dernièrement.” Fronce ses sourcils. “Elle me cache quelque chose.” Et cette fois-ci, il grince des dents.


I am who you want me to be
REDCAP ◊ fire and blood
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 30
♦ POINTS : 61


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 16:36

Il toussait, il grimaçait et comme si cette vue là l’affaiblissait, Martyn accepta la proposition de s’assoir et s’installa dans un siège, assez proche de ce lui de son enfant. Refusa, pourtant, quoi que ce soit à boire : « J’irais me servir si je le veux. » Ce qu’il n’avait jamais manqué de faire, dans sa vie en règle générale. On se mettait rarement entre lui et ce qu’il désirait. Et il levait les yeux au ciel en l’entendant, une fois encore, défendre son épouse. À forcer Vilhelm de se rétracter, comme d’habitude, légèrement, et de retirer des mots qu’il n’avait pourtant pas eu : « Je ne me permettrais pas de dire ça. » Répliqua l’homme qui se l’était sans doute permis plus d’une ou deux fois. « Je dis juste qu’il y a des femmes adaptées, et d’autres non. » C’était déjà une concession qu’il trouvait déjà bien tendre, sa femme ne l’ayant jamais conduit à être en bon terme avec la gente féminine. « Celle- n’était pas pour toi. » Rabaisser constamment son enfant en cognant sur ses choix de vie faisait partie de la façon qu’avait Vilhelm de montrer son affection.
La suite, pourtant, le fit froncer les sourcils. Il ne réfléchit pas longtemps avant de penser comprendre ce que son fils pouvait sous-entendre. Il avait toujours plus ou moins imaginé Thaddeus infidèle, sans en avoir jamais eu confirmation. Après tout c’était le môme de sa mère, et ce genre de comportement pouvait bien être héréditaire. « Encore une fois… Les femmes. » Haussement d’épaules désinvolte. « Tu n’aurais pas été le premier à être trompé. » Puis, avec un froncement de sourcils : « Et tu n’es pas le dernier à s’adonner à ce genre de frasque non plus, n’est-ce pas ? »


uc
CHANGELING ◊ behind the mask
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 40
♦ ALLEGEANCE : Fidèle aux EILENACH prétend-elle tout en espionnant pour les DESCENDANTS.
♦ POINTS : 83


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 17:13

Le fils ricane en écoutant son père nier tout acte de lèse-majesté. C'est cela oui. Il ne répond rien, cependant, lui lance juste un regard entendu. Ils savent bien tous deux ce qu'il se passe dans la tête du père. (Des choses que Janka n'est pas bien sûre de vouloir savoir.) (Elle déteste sa propre facilité à comprendre les ressorts d'une relation.) (L'instinct qui l'aide à réagir de façon adéquate.) (La sensation de devenir Thaddeus.) La suite crispe d'ailleurs sa mâchoire, mais qu'un peu. Comme en écho aux réticentes de son propre père. “C'était plus simple, avant. Et je n'ai pas été élevé à ignorer les opportunités.” Plus simple quand elle était jeune. Quand le fils n'avait pas remplacé le mari. Quand elle n'attendait pas de lui des choses qu'il ne lui avait jamais offertes. (Que Janka s'était toujours occupée à lui offrir.)

C'est plus simple quand son père s'assoit. Plus simple aussi quand on s'habitude à son ton rauque, à ses intonations sévères et à sa façon toute particulière de montrer son intérêt. (Janka ne sait que trop bien à quoi ressemble un M. Martyn véritablement méprisant.) (Pas comme ça.) “Trompé par Son Altesse ce n'est pas pareil,” réplique-t-il avec amertume. Il faut ensuite retenir un regard étonné à la question du père. Il en sait beaucoup. Sûrement trop. (La colère revient, d'autant plus violente qu'elle a été un instant étouffée.) Il vaut mieux ne pas y répondre. Ne pas faire celui qui s'étonne. C'est le genre de chose qui se suggère sans jamais s'affirmer. “Ce n'est pas pareil.” Il grimace. Homme trop habitué à avoir le contrôle de sa femme, et ce même durant ses crises d'hystéries de princesse. Calista était censée l'adorer. “Il ne faudrait pas qu'elle divorce.” L'humiliation serait complète. La déchéance cruelle. Hors de question. Trop d'argent, en plus, en jeu. Elle pourrait repartir avec tout le pognon qu'elle lui a offert, voire même plus. Et le gosse. “Ou qu'elle revienne enceinte.” Et il y a une véritable grimace maintenant sur le visage pâle de Thaddeus. “Hors de question d'éduquer le bâtard de son amant.” Il a une fierté, tout de même.
(Quelque part, dans son jeu, Janka étale sa toile.)
(Prends ça, cocu.)


I am who you want me to be
REDCAP ◊ fire and blood
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♦ MESSAGES : 30
♦ POINTS : 61


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   Mer 29 Aoû - 17:34

En effet, il n’avait pas été élevé ainsi. Vilhelm aurait aimé pensé qu’il n’avait pas non plus été élevé dans la pensée qu’il était acceptable qu’il aille voir ailleurs. Mais comme souvent les enfants en appelaient à leur éducation lorsque ça leur chantait, et oubliait tout des valeurs parentales dès qu’elles les prenaient trop à la gorge. Et c’était assez étrange, d’entendre son fils se plaindre de l’infidélité de son épouse. Il croyait pourtant un peu comprendre ce qui pouvait agiter son cœur, sentir un lien annexe à celui de filiation pure le raccorder à son enfant lorsqu’il répéta, une seconde fois, que c’était différent. Martyn leva les yeux au ciel : « Une femme reste une femme, que son sang soit bleu ou non, » lâcha-t-il, avec philosophie. Le filtre depuis longtemps rôdé de ses paroles était ce qui lui permettait ici de remplacer spontanément par le mot femme le mot de traînée qui était le premier à venir à son esprit et, selon lui, le plus approprié. Mais cela ne se faisait pas, d’insulter ainsi sa belle-fille devant son époux.
Vilhelm était un homme de principe. Dont les principes le firent en effet hausser les sourcils lorsque Thaddeus évoqua un potentiel divorce. Ce n’était pas le genre de mot qu’il aimait entendre et lui-même n’avait jamais songé un seul instant de se séparer de sa traîtresse d’épouse. Ces procédures étaient des nids à scandale, et les scandales ne rapportaient de l’argent qu’aux média. « En effet, ce serait fâcheux, » eut-il simplement le temps de dire avant que son fils n’embraye. Et que les mots ne le renfrogne, son ton catégorique également. Et Vilhelm se surprit à ricaner, avant de se redresser un peu, sur son siège, et de le fusiller du regard : « Tu l’éduqueras s’il le faut. Si c’est ce que tu dois faire pour éviter qu’elle ne t’abandonne. » Ces mômes ingrats qui ne savaient même pas de quoi ils parlaient. Et qui pensaient sincèrement qu’il n’y avait que le sang qui pouvait compter. Il pensait l’avoir mieux élevé que ça. « Ne commence pas à faire le prince gâté. Tu sais que je déteste ça. Son infidélité est aussi ton erreur ; je ne pense pas t’avoir appris à te défiler, n’est-ce pas ? »


uc
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: VILHELM | Rejet.   

 
VILHELM | Rejet.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hobb Robin - Le fils rejeté - Le soldat chamane T3 (spoilers dans le résumé)
» Vilhelm MOBERG (Suède)
» Rejet de FSE injustifié (correctement paramétrées)
» rejet bridge
» consultation et rejet de FSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This Savage Song :: 
SOILSE
 :: Quartier Est
-
Sauter vers: